Le nouveau laboratoire de micropropagation s’installe sur le site de Douville

| Publié par | Catégories : Communiqué de presse, Création variétale, On parle du Ciref, Recherche, Revue de Presse

Le nouveau laboratoire de micropropagation de plantes (production de vitroplants) au service de la filière fraise vient de prendre ses quartiers sur le site du Ciref à Douville. En travaux d’aménagement depuis fin 2015, les locaux flambants neufs sont enfin prêts pour accueillir notre équipe qui travaillait depuis deux ans dans un petit laboratoire pilote en Corrèze. La filière fraise a eu la volonté et le besoin de pouvoir maitriser ses sélections variétales, de la création à la production de plants de qualité. Pour cela, le Ciref a décidé en 2014 de se doter d’un nouvel outil, un laboratoire de culture in vitro.

Ce laboratoire intervient très tôt dans le processus de sélection variétale, avant même que les nouvelles variétés soient inscrites et mises sur le marché, cela permet de fournir aux acteurs de la filière des informations jusque-là manquantes, dans la connaissance des variétés développées au Ciref. En effet, tous les ans, au stade des sélections avancées, le sélectionneur du Ciref demande au laboratoire d’assainir par thermothérapie une vingtaine de ses potentielles futures variétés pour la fourniture de pieds-mères sains nécessaires aux essais variétaux. A ce stade, le comportement ainsi que le potentiel de production en micropropagation des sélections peuvent déjà être évalués plusieurs années avant leur production commerciale une fois les sélections inscrites. Par ailleurs, plus tard dans le processus de sélection variétale, au stade des variétés en développement, le laboratoire optimise, spécifiquement pour chaque nouvelle variété, le protocole de micropropagation pour la production de vitroplants de qualité. Enfin, une fois les variétés mises sur le marché, le laboratoire, grâce à son « souchier » complet, est dans la mesure de fournir rapidement et en grande quantité aux pépiniéristes, des vitroplants des variétés du Ciref certifiés par le SOC.

Le laboratoire assure une traçabilité drastique. Chaque année, avant chaque introduction de matériel végétal (souche crée à partir du méristème d’un stolon d’une variété par exemple), le statut sanitaire et la conformité variétale par empreintes génétiques du pied-mère sont vérifiés. Chaque souche en culture in vitro est identifiée par son méristème et est suivie de son introduction à la sortie des vitroplants enracinés. Toutes les opérations effectuées sur la souche sont consignées et conservées rigoureusement. Le personnel du laboratoire est sensibilisé à l’importance de l’authenticité variétale et des méthodes de travail strictes sont mises en place pour éviter tout risque de mélanges variétaux. De plus, le laboratoire étudie actuellement la mise en place d’un système automatisé d’identification de chaque lot de plantes par code « data matrix » (encore plus puissant que le code barre).
En parallèle, le laboratoire est impliqué dans la révision du règlement SOC de la production de plants de fraisiers certifiés, qui est conduite actuellement par le GNIS.

Avec des compétences en recherche et développement, le laboratoire a pour vocation d’être plus qu’un outil de production. Il doit devenir un interlocuteur privilégié et un outil d’innovation pour toute la filière. Une fois la variété créée, environ dix ans après le croisement initial, la production de fraises d’excellente qualité nécessite un travail de plusieurs années et fait participer des acteurs multiples. La première étape est la production in vitro du plant (vitroplant) qui deviendra chez le pépiniériste le pied-mère pour la production de nouveaux plants par multiplication végétative via les stolons. Ainsi, il est important que la filière puisse s’approprier ce puissant outil qu’est le laboratoire de micropropagation, dans un esprit collaboratif.
Par ailleurs, ce nouveau laboratoire sur le site du Ciref est au cœur d’un réseau national et international d’équipes impliquées dans la culture in vitro, ce qui permettra à la filière de profiter des avancées techniques et scientifiques du domaine.

Dr Justine Perrotte
Responsable du laboratoire de micropropagation